[Kitetoa, les pizzaïolos du 
Ouèb

Pourquoi je sais que Georges (et tous ses copains) sont des menteurs

Par Kitetoa (*)

C'est à la fois triste, amusant et même, il faut bien le reconnaître, un rien pathétique. On assiste depuis quelques mois aux gesticulations erratiques d'un petit homme, président de la nation la plus puissante du monde (faute de challengers) et qui hurle sur tous les toits que l'Irak est un pays ultra dangereux. Je ne vais pas vous refaire le discours lisible dans la plupart des grands quotidiens. Vous savez déjà que l'Irak est sous contrôle (militaire de fait) des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne depuis le dernier conflit qui a opposé ces pays. Que l'Irak est économiquement exsangue. Bref, qu'il est loin d'être une menace sérieuse pour la stabilité mondiale... Mais Georges, le président des Etats-Unis -qui a visiblement servi de matrice pour le clonage de la plupart des dirigeants mondiaux actuels-, a une idée fixe. Il veut finir le travail initié par son papa, Georges Bush (sans le «jr.» derrière), il y a quelques années. Bon. Jusque là, moi je dis pourquoi pas? En effet, le concept de droit d'ingérence ne me choque pas outre mesure. J'ai eu le plaisir de rencontrer le juriste qui a lancé cette idée, et elle me plaît un peu. Voilà un dictateur qui envoie du gaz mortel sur la population de son pays, qui a fait tuer la plupart de ses opposants. Pourquoi ne pas le forcer à partir, histoire de mettre un gentil monsieur riant à sa place et qui pourrait continuer sur la lancée initiale de Saddam Hussein. Il offrirait des passerelles bondissantes afin que les femmes puissent s'émanciper, il moderniserait le pays à un rythme effréné. Bref, il finirait le boulot effectivement lancé par le vilain Saddam avant qu'il ne passe la plus grosse partie de son temps à affiner son boulot de dictateur.

Allez, si c'est pour ça, je vote pour la guerre et que l'on juge cet homme pour ses crimes!

Mais voilà...

Ce n'est visiblement pas aussi simple qu'il n'y paraît. Souvenez-vous... Après le 11 septembre, Bush et ses amis ont expliqué que l'Irak était impliqué dans les attentats. Puis, qu'il y avait des connexions. Aujourd'hui on nous dit que ce pays et ses dirigeants mentent sur l'état des lieux de leur armement. Une vraie bonne raison d'aller leur foutre un tapis de bombes sur la tête! Aujourd'hui, plus personne ne parle des vrais auteurs de l'attentat du 11 septembre d'ailleurs...

Qui a commencé à mentir? On est en droit de se le demander. Voyez-vous, à la différence des éminents commentateurs qui expliquent à longueur de colonnes (c'est très utile mais je n'ai pas les qualités pour cela) les liens de la famille Bush avec l'industrie du pétrole, qui rappellent que la plupart des faucons du gouvernement Bush occupaient des postes clef au sein d'entreprises liées à l'industrie du pétrole juste avant de prendre leur poste, qui soulignent que l'Irak possède les deuxièmes réserves mondiales de pétrole, tout ça, tout ça... A la différence de ces commentateurs disais-je, ce qui m'intéresse n'est pas de savoir si Bush veut la guerre pour telle ou telle raison. Non, ce qui m'intéresse, c'est de savoir si Bush et les Etats-Unis veulent la guerre pour une raison qui n'est pas celle qu'ils affichent publiquement. Cela voudrait dire que Giorgio ment? Comme son prédécesseur avec l'histoire de Monica? Est-il possible que les Etats-Unis ne sachent se choisir que des menteurs comme présidents? Pas comme nous, vieille Europe intellectuelle, tellement intellectuelle qu'elle ne peut que se choisir des dirigeants de grande qualité, D'une intégrité (en général et intellectuelle en particulier) sans faille... Mais revenons aux raisons de Bush. Si celles qui le poussent à la guerre étaient, dans le désordre et sans garantie d'exhaustivité:

  • le développement par l'Irak d'armes dangereuses, y compris des bidules nucléaires,
  • le fait de pousser dehors un dictateur fou,
  • donner un signe fort aux gens qui soutiennent les réseaux terroristes,
  • vérifier si les théories développées par les auteurs de Men in Black sur l'invasion lente mais sûre de la terre par des extra-terrestres sont justes,
  • etc.
  • Et bien, si ces raisons étaient les vraies, alors il faudrait que Georges et ses copains s'attaquent pour les mêmes raisons à quelques dizaines de pays qui font à peu près tout ça. Et dont on peut se demander sans rougir, si leurs dirigeants ne sont pas des extra-terrestres tant ils semblent vivre déconnectés de la réalité... Or on voit bien qu'il y a comme deux poids, deux mesures lorsque l'on suit le bien moins médiatique sujet des discussions avec la Corée du Nord. Alors eux, par exemple, il ne s'agit pas de savoir s'ils sont en train de développer une bombinette nucléaire. Ils l'ont. Ils ont aussi l'un des dictateurs les plus dingues du monde, qui a réussi à créer une véritable famine dans son pays a force de connerie crasse. Mais là, comme on a affaire à un vrai dingue et qui détient un vrai gros flingue tirant des champignons pas très hallucinogènes, Giorgio n'y va pas. Il préfère «l'option diplomatique». En clair: du pognon pour ce pays en échange de «réformes». A ce stade, il faut que je vous avoue ce qui m'a poussé à écrire ce texte trop long. C'est un papier de Condoleezza Rice, la conseillère pour les affaires de sécurité nationale de Georges Bush, paru dans le Monde daté du 26 et 27 janvier. C'était titré: «pourquoi nous savons que l'Irak ment». Vous auriez pu remplacer à peu près dans tout l'article le mot Irak par le nom du pays qui vous plaît. Corée du Nord, Grande-Bretagne, France, Inde, Pakistan, Etat-Unis, Russie, etc. De fait, tous ces pays disposent d'armes de destruction massive et nucléaires dans des proportions hallucinantes. Et ils ont à peu près tous des tensions avec des voisins qu'ils entretiennent avec le même soin que le Petit Prince sa planète. A eux seuls, les Etats-Unis et la Russie ont de quoi détruire toute trace de vie sur cette boule de terre qui est pourtant d'une dimension honorable... Vous ne croyez pas qu'ils pourraient balayer devant leur porte avant de nous casser les pieds avec l'Irak? Georges, désarme si tu es un homme! Balance toutes tes bombes nucléaires à la casse. Tu sais très bien que tu n'as pas besoin de ça pour être le maître du monde. Tes «boys» et leur armement conventionnel suffisent. Le papier de Condoleezza était assez nul et creux. En revanche, je vous recommande très chaleureusement la lecture du papier de John Le Carre paru dans le Monde daté des 19 et 20 janvier, titré «Confessions d'un terroriste». C'est limpide...

    Plus près de nous, en France, on assiste à un truc marrant... «Noooooonnnnn, pas la guerre, vive la diplomatie», nous assène à longueur de journée notre président vénéré. Il endosse ainsi le costume de l'homme posé, raisonné, qu'il n'a jamais été. Il devient un sage. Sauf que là aussi, il y a comme un côté faux-cul qui me dérange bien plus que les raisons (affichées) animant tous ces maîtres du monde. En effet, alors que Jacques s'efforce de faire triompher l'option diplomatique sur les canons autour de Bagdad, on assiste à des opérations amusantes du côté de l'Inde et du Pakistan. Alors que ces deux pays disposent de bombes nucléaires et de missiles pouvant les véhiculer, alors que tous les experts s'accordent pour dire qu'il s'agit d'un des points les plus chauds de la planète, la France qui vendait déjà des sous-marins au Pakistan en propose à l'Inde. C'est bon pour le commerce, l'emploi et la balance commerciale d'armer les deux parties. Mais pas trop pour la paix à long terme... Non? Bref, il y a un abîme entre les discours officiels et les actes. A quand un petit tapis de bombes sur Ryiad, histoire d'aider à l'émancipation des femmes, d'obtenir l'application d'une justice plus humaine, tout au moins à l'aune des critères occidentaux, de pousser à une répartition plus juste des richesses et surtout (c'est l'alibi, mais cette fois, il repose sur un fond de vérité), cela permettrait d'expliquer avec persuasion que le soutien financier aux terroristes est désormais très mal vu du côté de «l'Axe du Bien»...

    Bien entendu, cela n'arrivera pas. Ouf. On a failli rêver d'un monde dans lequel ceux qui croient nous diriger seraient intellectuellement honnêtes... Ce papier est un bon prétexte pour rappeler aux lecteurs de Kitetoa.com et à Georges Bush s'il nous lit ;) que la rougeole fait encore près d'un million de morts par an dans les pays en développement alors qu'il existe, comme le savent tous les parents des pays occidentaux, un vaccin tout à fait efficace. On se demande ce que font Georges Bush, Tonny Blair, José-Maria Aznar, les entreprises qui produisent ce vaccin et tous leurs amis pour sauver ce million et demi d'enfants chaque année. Ils sont sans doute trop occupés à mettre en place «les conditions du marché» permettant aux transnationales faire leur business sans avoir d'ennuis et, la plupart du temps, au détriment des êtres humains.

    (*) Kitetoa est conseiller pour les affaires de sécurité mondiale des lecteurs de Kitetoa.com (uniquement ceux qui sont d'accord avec ses opinions puisqu'il ne saurait vouloir imposer ses idées à qui que ce soit).

    Kitetoa