[Kitetoa, les pizzaïolos du Ouèb

Haine ordinaire

Intéressants articles ces derniers jours sur un groupuscule black, la Tribu KA. Articles qui reflètent des passions naturelles et habituelles. Doit-on dissoudre ce genre de groupes, la haine est-elle acceptable? Etc. Ce genre de serpent de mer n'est pas nouveau. Tel groupuscule d'extrême gauche qui se fritte avec un autre d'extrême droite, tel groupe de skins qui se fout sur la gueule avec un autre de punks, tel groupuscule pro-palestinien qui en veut à tel groupuscule sioniste, James Dean dans « rebel without a cause », etc. Bref, un non événement en soi. Surtout si on le compare à ce qui se passe en Irak, en Afghanistan, en Tchétchénie, en Iran , en Indonésie ou ailleurs.

Que ce groupuscule soit raciste ou ethnocentré, que sa dialectique soit aussi intéressante que celle de Mao ou que celle de Saloth Sar, nul ne saurait en douter.

Que sa haine stérile doive être contrôlée est une évidence.

Mais ce qui est intriguant, c'est que tout le monde s'accorde pour dire qu'il faut dissoudre ce groupe sans se pencher sur les nombreux autres qui véhiculent un niveau de haine tout aussi inquiétant.

Que compte faire notre bon ministre ultra-sécuritaire et démago contre le GUD (les ennemis imaginaires du Bétar), contre le Bétar (les ennemis imaginaires de ladite tribu KA) et bien d'autres ? Que compte-t-il faire contre des gens d'extrême droite qui ont réussi une belle opération d'entrisme dans son propre parti politique et à qui il fait appel pour des opérations pour le moins polémiques sur Internet ?






Profitons de ces quelques lignes pour citer un reportage particulièrement fin et efficace de Catherine Bernstein diffusé sur Arte le 29 mai: « Assassinat d'une modiste (1940-1943) ». Ce type de travail est probablement un milliard de fois plus efficace pour lutter contre l'antisémitisme que le Bétar ou ses clones.



Kitetoa

k-version: 5.0