[Kitetoa, les pizzaïolos du Ouèb

Google News énerve les éditeurs de presse

Il est toujours amusant de lire les articles de presse qui se contentent de rapporter des faits sans les analyser ni les mettre en perspective. Ces derniers jours, nous avons été gâtés dans ce domaine. De fait, la condamnation de Google en Belgique pour son service de nouvelles (Google News) a fait les gros titres. Mais c'est un article du Figaro qui a retenu notre attention.

« La presse mondiale se mobilise face à Google », nous apprend le quotidien français.

Ah? Mais que fait donc la presse mondiale depuis des années que le service Google News est en place? Pas grand chose. Et pourquoi donc? Patience. Revenons à l'article du Figaro.

Celui-ci nous explique que « les éditeurs de presse du monde entier préparent une riposte contre Google. Hier, l'association mondiale des journaux (AMJ), une ONG présente dans cent pays, a annoncé qu'elle étudie un système d'autorisations qui permettrait aux éditeurs d'ouvrir une partie de leurs contenus contre rémunération. Une « task force » internationale a été formée pour « explorer les moyens d'empêcher les moteurs de recherche d'exploiter leur contenu sans permission ou sans compensation raisonnable », a indiqué l'AMJ. ».

En outre, le Figaro rapporte que « « Notre objectif, ce n'était pas de faire retirer nos articles, mais que nos contenus soient rétribués », à rappelé la secrétaire générale de Copiepresse, l'association des éditeurs francophones. »

Ah.

Les éditeurs n'ont rien fait jusqu'ici mais veulent désormais être rétribués, tout en laissant leurs contenus sur la page de Google.

Essayons d'y voir plus clair.

Pour cela, j'invoque le nom magique, celui de l'ineffable super-héros au slip jaune: Statisticator!

Statisticator, le super-héros au slip jaune

Et je lui pose quelques questions:

- Bonjour M. Statisticator, que pensez-vous des chiffres mirobolants annoncés par les éditeurs de presse pour les visites sur leurs sites?

- Il faut comprendre que l'on peut faire ce que l'on veut aux statistiques d'un site Web. Particulièrement lorsqu'un journal comptabilise les visites de ses pages d'articles, mais qu'il y ajoute en plus, celles des blogs créés sur son serveur, les requêtes pour les pubs, les fils RSS et j'en passe. Je ne crois pas que les chiffres annoncés aient la moindre valeur pour permettre de mesurer le nombre de lecteurs d'articles sur les sites de presse.

- Oui, bon, c'est votre vieille rengaine, mais dites-nous, les news des journaux qui passent sur Google doivent drainer des millions de visiteurs...

Pas du tout. Et c'est là que ça devient intéressant. Pourquoi les journaux prendraient-ils le risque de s'aliéner Google avec des procès et de perdre des millions de visiteurs si c'était le cas? Ne pensez-vous pas plutôt qu'après avoir mesuré pendant des années que les news de Google ne leur apportaient qu'un nombre restreint de visiteurs (par rapport à leurs visites globales), les éditeurs tentent un tout pour le tout, histoire de se faire rémunérer? Ils savent bien qu'au pire, ceux qui feront des procès seront exclus de la liste des fournisseurs de news du service de Google, ce qui n'est pas dramatique en termes de visites...

- Si c'est le cas, tout s'éclaire. Merci M. Statisticator. A propos, j'adore votre slip.

- Merci, mais il n'est pas à vendre. Même pas sur eBay.

Kitetoa.com a également été pris en compte par Google News. Nous savons donc combien de visiteurs viennent sur notre site depuis ce service. Vous me direz que les news de Kitetoa.com sont moins bien mises en avant que celles du Monde ou du Nouvel Obs. J'en conviens. Ceci dit, on ne passe pas de quelques centaines de visiteurs par jour à quelques millions ou même quelques centaines de milliers parce que l'on est en 1ère position plutôt qu'en 6ème. En outre, quelques news de Kitetoa.com, notamment sur Clearstream, se sont retrouvées en 1ère position sur Google News. On est resté à quelques centaines de visiteurs en provenance de Google.

Désolé d'avoir cassé un mythe...

:)))

Kitetoa

k-version: 5.0