[Kitetoa, les pizzaïolos du Ouèb

La Commission d'enquête sur les attentats du 11 septembre n'a pas peur des cyberterroristes...

"Quand il y a quelqu'un, il n'y a personne, quand il n'y a personne, il y a quelqu'un"

Il n'y a pas à dire, depuis 2001, les pirates informatiques du dimanche (les defacers à 0,1 cent d'euro) ne sont plus des script-kiddies comme Attrition ou HNN ont contribué à le faire comprendre. Non, ils sont des terroristes informatiques qui pourraient faire plier le monde capitaliste en appuyant sur la touche « enter » de leurs ordinateurs portables. Ca fait peur hein?

Tellement peur que les lois qui passent ici (en France) et là (aux Etats-Unis par exemple) font monter drastiquement les tarifs. Si vous faites un tag sur une devanture de boutique dans la rue, vous aurez une amende. Si vous faites un tag sur la page d'accueil d'un site Web, ce sera cinq ans. Et maintenant, vous avez peur de vos gouvenants qui créent d'absurdes lois d'exeption? Moi oui. Demain ils risquent bien de le faire sur d'autres choses moins techniques. Plus courantes...

En attendant, aux Etats-Unis, d'où part le flux intellectuel menant à de telles abérations (règne du faux), une commission planche sur les attentats du 11 septembre. Or visiblement, cette commission n'a pas peur des pirates informatiques et leur donne même du grain à moudre avec un fichier de configuration un peu sensible en libre accès via un navigateur. Même prévenus par nos soins de ce petit problème technique sur leur site Web, ladite commission laisse ce fichier sans protection. Une exception sans doute dans un monde que nos dirigeants pensent être de plus en plus sûr.

Pourtant, ils disposent du manuel de leur serveur. En ligne.

Kitetoa

Retour au somaire du dossier Taijiquan Haking Style